La constellation Petit Renard (Vulpecula - Vul)


Dans l'introduction, j'ai dit que c'est une constellation qui est facilement visible une fois que vous savez o√Ļ la chercher et √† condition que vous ayez un ciel assez sombre : l'id√©al est dans les montagnes en √©t√©, quand le soir il est presque au z√©nith. Sur la carte du Stellarium, vous pouvez voir qu'il est assez √©tendu et qu'il est rattach√© √† la constellation du Cygne, √† c√īt√© de belles constellations comme la Fl√®che et le Dauphin, juste avant l'Aigle.


Alors que la Fl√®che et le Dauphin sont vraiment reconnaissables dans un ciel sombre, le Renard est √† l'inverse form√© de quelques √©toiles faibles, mais comme nous le verrons bient√īt √† l'int√©rieur, il y a des √©toiles assez grosses, aucune √©toile proche du Soleil et quelques objets bien connus du Deep Sky.

Le nom, l'histoire et le mythe del Petit Renard

En 1687, l'astronome polonais Johannes Hevelius institua par le biais de son Prodromus Astronomy/Firmamentum Sobiescianum (1690) la "Vulpecula cum Ansere", ou "Vulpecula et Ansa", le "renard avec l'oie" ou "le renard et l'oie", mais l'oie - qui √©tait repr√©sent√©e parmi les dents du renard - fut amen√©e √† dispara√ģtre. En fait, ils semblent √™tre trop nombreux pour un ast√©risme compos√© de seulement deux √©toiles...

Officiellement, l'Union astronomique internationale au XXe siècle n'a accepté que la première partie du nom original.


Voyons maintenant la repr√©sentation de la constellation dans les cartes des √©toiles que nous connaissons bien : selon H√©v√©lie, nous avons un renard √† la longue queue et qui tient une oie dans sa m√Ęchoire


le Renard dans la représentation d'Hélios

alors que d'après Stellarium, nous avons cette visualisation.

Le renard selon Stellarium

Quelques étoiles assez grandes

comparaison entre les étoiles de la Fox et d'autres étoiles très grandes et très connues

Dans le diagramme de comparaison avec d'autres √©toiles plus grandes et mieux connues rencontr√©es au cours des diff√©rents √©pisodes de la colonne, on voit qu'il y en a jusqu'√† six de taille importante. Gr√Ęce √† la couleur avec laquelle je les ai repr√©sent√©s (par le biais d'Illustrator), nous connaissons d'un seul coup d'Ňďil la classe spectrale : cette fois-ci aussi, l'irr√©prochable Aldebaran sera mis en jeu.

La plus grande étoile est une géante orange de classe spectrale K3, 19 Vul, dont la taille est 84 fois celle de notre Soleil et plus de deux fois celle d'Aldébaran.

Moins grande est la géante jaune 22 Vul, de la classe spectrale G2, avec un diamètre égal à 64 fois le Soleil, sa relative spectrale : ici aussi, Aldebaran est dépassée de plus de deux fois.

La troisi√®me √©toile par ordre de grandeur est toujours de classe K4, l'√©toile 32 Vul, avec un diam√®tre de 46 fois notre Soleil et une fois de plus plus plus grande qu'Ald√©baran. Puis nous rencontrons l'√©toile principale de la constellation, őĪ Vul, une g√©ante rouge de classe spectrale M0, d'un diam√®tre 41 fois sup√©rieur √† celui de notre naine jaune.


Les derni√®res grandes √©toiles de la Fox sont d'une taille comparable √† celle de őĪ Tau et sont les g√©antes oranges 23 Vul et 33 Vul, toutes deux de la classe spectrale K4, avec un diam√®tre √©gal √† 30 fois celui du Soleil.

J'ai fait un collage des photos que mes amis stellaires viennent de m'envoyer (respectivement Vulcanic, Vulcanologist, Vulitive et Vulteggianti) : dans tous les cas, l'√©toile a √©t√© photographi√©e (gr√Ęce √† C√©lestia, ne l'oublions pas) √† une distance de 10 UA , ce qui est en moyenne celle de la plan√®te Saturne par rapport au Soleil. En ce qui concerne mes amis interstellaires, je peux dire que les premiers ont d'√©tranges oreilles pointues comme des elfes, les seconds sont d'avides fumeurs, les autres sont tr√®s paresseux de nature et enfin les derniers sont de grands fans de danses de groupe : d'apr√®s leur nom, vous pourriez peut-√™tre deviner ...

Deux objets célestes importants

Laissons maintenant la facétie pour parler de deux objets présents dans la constellation : deux pulsars très importants.

Le pulsar PSR B1919+21 a été le premier objet de ce type à être découvert en 1967 par Jocelyn Burnell et Antony Hewish (pour lequel ils ont remporté le prix Nobel en 1974) : il a une période de 1,3373 seconde, avec une durée d'impulsion de 0,04 seconde.


Je rapporte de Wikipédia que, ayant été le premier pulsar à être découvert, les astronomes l'avaient comparé à une balise et pendant un certain temps, avec une bonne dose d'humour, ils l'ont appelé LGM-1 (Little Green Man 1, puisque pour les anglophones les extraterrestres ont toujours été appelés little green men). Immédiatement après la découverte, le célèbre astronome Fred Hoyle a émis l'hypothèse pour les pulsars de la présence d'une étoile à neutrons en rotation très rapide.

Je rapporte volontiers la traduction de ce que les deux découvreurs ont dit à cette occasion, en considérant très sérieusement la possibilité d'une vie extraterrestre, avant que la véritable nature des pulsars ne soit déterminée :

Nous ne croyons pas vraiment avoir capté le signal d'une autre civilisation, mais il est évident que l'idée a touché nos esprits puisque nous n'avions toujours pas la preuve qu'il s'agissait d'une émission radio purement naturelle. Le problème est très intéressant : si vous pensez avoir découvert la vie dans une autre partie de l'univers, comment annoncer la nouvelle de manière responsable ?

Le deuxième pulsar à l'intérieur de la constellation est le PSR B1937+21 et il est également important car il s'agit du premier pulsar milliseconde, dont la période n'est que de 1,5577 millisecondes ! Comment dire que dans ce cas l'étoile à neutrons tourne sur elle-même 642 fois par seconde...

Jamais comme dans ce cas, la régularité de la période d'émission de cet objet céleste n'en fait un candidat sérieux pour la mesure du temps à la place des horloges atomiques. De plus, il faut dire qu'il est parfois l'un des rares pulsars à émettre de fortes impulsions radio, ce qui, dans le cas de l'objet examiné, est la plus grande émission radio jamais découverte.

Objets du Deep Sky

Dans cette constellation, il y a des objets remarquables du Deep Sky que nous verrons sur les photos réalisées par HST.

Les haltères : les outils de gymnastique bien connus sont

Partons de la c√©l√®bre n√©buleuse de l'halt√®re, qui prend son nom parce qu'elle a la forme d'un halt√®re : ce nom trompe ceux qui ne connaissent pas bien l'anglais et il peut arriver qu'il soit litt√©ralement traduit par "mute bell" (cloche muette), m√™me si vous ne comprenez pas exactement ce que peut √™tre une cloche muette, peut-√™tre une cloche cass√©e. Le terme est plut√īt un faux ami classique et d√©signe plus prosa√Įquement ces √©quipements de gymnastique appel√©s halt√®res, √† ne pas confondre avec les plus c√©l√®bres halt√®res de v√©lo ...

Voyons la nébuleuse de l'haltère, également connue depuis l'époque du catalogue Messier avec les initiales M27.

la nébuleuse de l'haltère, M27.

Passons à la belle galaxie elliptique NGC 7052.

La galaxie elliptique NGC 7052...

C'est maintenant le tour de la nébuleuse d'émission NGC 6820.

l'objet NGC 6820, une belle nébuleuse d'émission

L'objet CR 399 est vraiment inhabituel et curieux. En y regardant de plus près, il rappelle une petite béquille de cintre, à tel point qu'on le surnomme "Le Cintre" : au début, il semblait s'agir d'un très grand amas ouvert (avec un diamètre apparent de 60′) formé d'une dizaine d'étoiles, mais ensuite, l'analyse des parallaxes et de leurs propres mouvements obtenue par le satellite Hipparcos a établi que ce ne sont pas des étoiles avec des interactions gravitationnelles typiques d'un amas globulaire. Il s'agit donc d'un alignement d'étoiles très curieux.

le Coathanger

Noms des étoiles et visibilité

Parmi les étoiles du Renard, une seule a reçu un nom, ce qui correspond à la représentation d'Hélios vue précédemment

  • Anser (őĪ Vul) : terme latin d√©signant une oie, proie du jeune renard

Quant √† la visibilit√© de la constellation √† l'heure convenable de 21 heures, j'ai d√©j√† pr√©vu qu'en √©t√©, elle appara√ģt pratiquement au z√©nith : en particulier, elle appara√ģt basse √† l'horizon au nord-est entre la mi-mai et la mi-juin, puis elle appara√ģt haute dans le ciel entre septembre et la mi-octobre, alors qu'enfin elle appara√ģt basse √† l'horizon entre d√©cembre et la mi-janvier de l'ann√©e suivante.



ForConstellationsLovers est un site web créé par des amoureux des constellations, nous avons pour but de partager toutes les informations sur le monde des étoiles et la mythologie. Vous y trouverez à la fois la signification des constellations et leur mythologie ou leur emplacement. En outre, vous pourrez jouer aux meilleurs jeux de constellations en ligne. Découvrez l'histoire des constellations et leur beauté!
La constellation du Triangle (Triangulum - Tri) ❯
Ajouter un commentaire de La constellation Petit Renard (Vulpecula - Vul)
Commentaire envoyé avec succès! Nous l'examinerons dans les prochaines heures.