La constellation Grande Ourse (Ursa Major -Uma)


Introduction

La Grande Ourse est l'une des nombreuses constellations bor√©ales qui nous accompagnent toutes les nuits de l'ann√©e, sans jamais se coucher : c'est en fait une constellation circumpolaire que l'on peut voir se d√©placer lentement dans le ciel, m√™me pendant une seule nuit d'observation astronomique, gr√Ęce au mouvement de rotation de la Terre autour de son axe. C'est pour cette raison, ainsi que pour le fait qu'elle est form√©e d'un groupe de 7-8 √©toiles tr√®s brillantes, que cette constellation est si bien connue de pratiquement tous ceux qui ne regardent que par hasard parmi les √©toiles la nuit.


C'est la fameuse Grande Ourse, une sorte de gouvernail ou de casserole et on apprend imm√©diatement qu'en prolongeant id√©alement la ligne qui relie les deux premi√®res √©toiles du wagon, on arrive √† l'√©toile polaire. Si de cela vous entendez √† tort que "c'est l'√©toile la plus brillante du ciel" (combien de fois cela m'est-il arriv√© !), alors corrigez imm√©diatement la personne qui dit que c'est l'√©toile la plus immobile du ciel parce qu'elle est situ√©e tr√®s pr√®s du p√īle Nord et reste donc dans la m√™me position toute la nuit, quel que soit le jour de l'ann√©e. Ajoutez √©galement qu'il n'est pas tr√®s lumineux (magnitude 2,2) et qu'il permet de trouver imm√©diatement la direction du Nord g√©ographique (pour en savoir plus)

Mais revenons √† la Grande Ourse et √† ses 7 (plus une) √©toiles principales, les plus brillantes : dans l'Antiquit√©, on les appelait aussi les "sept bŇďufs", en latin "Septem Triones". C'est pourquoi, pour trouver le Nord, on a recherch√© ces Trions septementaux, d'o√Ļ est n√© le terme Nord. Sur le terme "Grande Ourse", je ne sais franchement pas comment donner une explication, pr√©cis√©ment parce qu'avec toute ma bonne volont√© et mon imagination, je n'ai jamais pu comprendre comment repr√©senter un chariot, d'ailleurs grand par rapport √† la Petite Ourse, appel√© √† la place "Petite Ourse".


Parlons plut√īt de Bear... √Čvidemment, ces √©toiles principales ne forment pas √† elles seules la Grande Ourse, puisqu'il faut presque toutes les autres √©toiles moins brillantes de la constellation pour la voir. Lorsque vous lancez le programme, vous pouvez voir la queue √† gauche, le museau √† droite et les deux paires de pattes avant et arri√®re sur l'√©cran d'accueil, mais m√™me ainsi, il faut beaucoup d'imagination pour voir un ours. C'est pourquoi nous sommes accueillis par H.A.Rey, pseudonyme de Hans Augusto Reyersbach, un habile illustrateur du XXe si√®cle, auteur de livres pour enfants √† l'imagination fervente. En 1952, il a √©crit un livre dans lequel il donne une admirable interpr√©tation de certaines constellations qui lui sont propres, donnant une remarquable d√©monstration de fantaisie : il a d√©finitivement r√©ussi, devant le jeu d'√©toiles de la Grande Ourse, √† joindre les points par d'habiles coups de crayon, en tirant de son chapeau magique un v√©ritable ours, que l'on peut imaginer, blanc, sur la glace polaire. Vous voulez la voir vous aussi ? Appuyez sur le bouton "f" dans le programme ! Appuyez plusieurs fois sur ce bouton pour passer d'un spectacle √† l'autre. Apr√®s tout, il suffisait de joindre les points qui √©taient l√† depuis des temps imm√©moriaux... Qui sait pourquoi personne n'y avait pens√© avant et qui sait pourquoi elle n'a pas encore √©t√© adopt√©e comme image officielle ! Retournez dans le programme de la constellation du Taureau et utilisez la nouvelle commande : vous trouverez une autre version amusante de cet animal, j'ose dire bien plus belle que l'originale, o√Ļ franchement le taureau n'est pas si identifiable !


Le nom, l'histoire et le mythe de la Grande Ourse

Ce groupe d'étoiles est connu depuis les temps anciens, et les histoires qui les lient sont les plus variées, et elles voyagent non seulement dans le temps, mais aussi dans l'espace.

Parmi les premi√®res citations, celle du Livre de Job, o√Ļ la constellation est mentionn√©e sous le nom de Mez'-a-rim, le "Nord". Pour les Arabes, les quatre √©toiles du Chariot √©taient "le cercueil", tandis que les trois de la barre √©taient le cort√®ge fun√®bre.

Dans ses sept étoiles ont été vus les chars de divers héros légendaires, des dieux, des objets... A partir des Babyloniens, ce qui représentait les sept étoiles était un simple "long char", mais pour les Gallois, et les Saxons au Moyen Age, c'était par exemple le char du roi Arthur, pour les Vikings, le char d'Odin, alors que dans les populations germaniques c'était le char du dieu Thor ; les Celtes et les Gaulois représentaient cet astérisme sur leurs pièces comme un sanglier. Pour les Japonais, c'était sensha kotei le "chariot de l'empereur", pour les Chinois, les sept étoiles représentaient le gouvernement, les sept souverains de l'astronomie, ceux qui présidaient aux influences astronomiques, les gardiens des sept portes et des sept entrées du ciel, mais chez les paysans, on les appelait Bei Dou ou Pé Teou (le "chariot agricole").

Depuis que nous avons touch√© l'Orient, le groupe ethnique Ainu de la p√©ninsule d'Hokkaido (Japon), a effectu√© d'anciens rituels sacrificiels en l'honneur du dieu Kim-Un-Kamui, le dieu des montagnes. La victime, un ours, a √©t√© tu√©e pour lib√©rer son √Ęme de son corps, qui allait ensuite retourner au ciel et se r√©unir avec le grand esprit/dieu qui l'habitait. Le pacte entre les A√Įnous et ce dernier a ainsi √©t√© renouvel√©, et l'√Ęme de l'ours est devenue un messager des pri√®res et des souhaits exprim√©s lors du c√©r√©monial.


Si pour les Anglais c'est une charrue, comme dans beaucoup de populations euro-asiatiques, pour les Américains d'aujourd'hui le groupe d'étoiles est une grande louche, qui retrouve partiellement le charme dans la mythologie propre des tribus indiennes, qui voient généralement dans les quatre étoiles du Chariot la tête d'un ours sacré décapité, poursuivi par le reste du corps (gouvernail) qui veut se réunir, la poursuite procède des origines de l'homme, et quand ils se réuniront, il pourra se venger des hommes et la fin des temps viendra. Il existe des variantes bien connues, comme celle qui voit les étoiles du Chariot comme deux ours, quatre loups et un chien de chasse (Alcor). Les loups et le chien ont l'intention de chasser les deux ours qui se sont échappés.

Curiosité

Et maintenant quelques curiosit√©s. La premi√®re concerne l'un des √Čtats-Unis d'Am√©rique : saviez-vous que le drapeau national de l'√Čtat de l'Alaska repr√©sente la Grande Ourse avec l'√©toile polaire ? D'autres √Čtats ont une constellation dans leur drapeau : en temps voulu, je ne manquerai pas de le signaler. L'autre curiosit√© que j'ai trouv√©e presque par hasard sur Internet et je dis d√®s le d√©but que je ne la signalerai que, sans me prononcer. Je dois avouer que je ne l'avais jamais entendue avant !

Dans ce site, j'ai trouv√© le rapport selon lequel, selon un √©rudit, certains centres du Latium ont √©t√© construits de mani√®re √† repr√©senter la constellation de la Grande Ourse sur une carte : devant cette affirmation, la question des trois pyramides de la plaine de Gizeh et des trois √©toiles de la ceinture d'Orion devient un conte de f√©es pour enfants ! En fait, si vous regardez bien la carte apr√®s avoir joint les points d'un coup de crayon, vous y trouverez la constellation de la Grande Ourse. Je vous laisse toutes les consid√©rations, en ajoutant juste quelques notes pour r√©fl√©chir. La premi√®re est que je me demande si, en prolongeant le tron√ßon qui relie Arpino √† Ceprano vers le nord-est, il y a un centre correspondant au p√īle. La seconde : inutile de dire qu'il suffit d'aller sur Google Map pour se rendre compte qu'il y a beaucoup de villages et de villes dans cette r√©gion, donc trouver des co√Įncidences avec les positions des √©toiles n'est que trop facile.

Passons à autre chose!


Analysons ce que le programme nous montre, en plaçant la feuille de notre carte virtuelle tout à gauche et en la découpant : avec cette visualisation, nous avons à nouveau la certitude que les étoiles sont dispersées dans le ciel de manière assez aléatoire, à part un petit assemblage d'étoiles entre 75 et 86 années-lumière, formé par 6 des 8 étoiles principales du Chariot et quelques autres étoiles. Je voulais souligner un fait qui peut tromper très facilement et qui est amené à penser que des paires d'étoiles proches l'une de l'autre sur la sphère céleste sont également proches l'une de l'autre en réalité.

Prenons deux paires d'√©toiles qui, √† l'Ňďil nu, semblent avoir la m√™me distance angulaire dans le ciel : Megrez et Alioth d'un c√īt√©, Dubhe et Merak de l'autre. La premi√®re et la deuxi√®me √©toile de ces deux paires sont distantes de presque 5¬į et demi dans le ciel : na√Įvement, on pourrait penser que leur distance r√©elle dans l'espace est √©gale ou tr√®s similaire. Mais non, car tout d√©pend de la distance √† laquelle se trouvent les diff√©rentes √©toiles. J'ai choisi les deux premi√®res parce qu'elles ont la m√™me distance du Soleil (81 ann√©es-lumi√®re) et qu'avec un peu de g√©om√©trie (la trigonom√©trie du lyc√©e, qui est pour beaucoup de gens une maladie contagieuse √† √©viter...) nous pourrions calculer approximativement leur distance r√©elle : mais nous ne voulons pas nous attarder sur les tangentes et les multiplications (c'est tout !) puisque nous avons la fid√®le C√©lestia qui nous dit en un clin d'oeil : 7,98 ann√©es-lumi√®re que nous pouvons arrondir magnifiquement √† 8.

Voyons un autre exemple qui rappelle Orion, avec les √©toiles B√©telgeuse et Meissa, √©galement √† 5¬į et des distances angulaires passag√®res dans le ciel, mais cette fois √† des distances tr√®s diff√©rentes, respectivement 427 et 1055 ann√©es-lumi√®re. Absolument plus loin ! Interrog√©e, C√©lestia nous dit que leur distance physique est maintenant de 604,5 ann√©es-lumi√®re ! Calculez vous-m√™me combien de fois plus que les deux autres paires d'√©toiles... On peut donc dire qu'en plus de l'effet d√©l√©t√®re de l'aplatissement du ciel √©toil√© sur les distances des √©toiles individuelles, il y a aussi cet effet secondaire n√©gatif qui provoque des sifflements sur les distances entre les paires d'√©toiles.

Un autre effet trompeur est celui qui nous fait croire qu'une √©toile plus brillante est plus proche qu'une √©toile moins brillante, car ce faisant, nous ignorerions compl√®tement √† la fois la luminosit√© intrins√®que de chaque √©toile et sa taille physique et r√©elle. Pour ceux qui s'approchent peut-√™tre de l'astronomie et qui je√Ľnent encore dans des conditions difficiles, mais insignifiantes pour ceux qui les connaissent d√©j√†, voici une comparaison un peu plus terrestre. Nous connaissons tous les ampoules et leur puissance lumineuse : si nous les pla√ßons √† diff√©rentes distances, certaines proches, d'autres lointaines, certaines plus puissantes, d'autres plus faibles, dans l'obscurit√© nous ne pourrons jamais les distinguer, les reconna√ģtre. Une lumi√®re forte est-elle donn√©e par une ampoule faible mais proche ou provient-elle d'une ampoule puissante mais plus √©loign√©e ?

Notre vaisseau Celestia nous attend.


Allons-y ! Comme nous le verrons plus tard, sur les 7-8 √©toiles qui composent le wagon, une seule, Dubhe (őĪ UMa) est grande, 26 fois notre Soleil, tandis que les autres sont deux √† quatre fois notre √©toile : nous sommes maintenant habitu√©s √† des monstres comme Antar√®s et B√©telgeuse, donc nous ne sommes pas si surpris.

Mais ce qui est difficile √† imaginer, c'est que, parmi toutes les √©toiles repr√©sent√©es, il y en a deux nettement plus grandes : Alula Borealis (őĹ UMa) a un rayon 58 fois sup√©rieur √† celui du Soleil, mais encore plus Tania Australis (őľ UMa) avec un bon 60 fois, tous deux presque le double du c√©l√®bre Aldebaran : la raison est √©videmment li√©e √† leur distance, √† leur grandeur physique et √† leur luminosit√© intrins√®que et aussi au fait que dans cette constellation il y a des √©toiles plus connues qu'elles. Nous partons de Tania Australis, dont le nom indique qu'elle est la composante la plus m√©ridionale d'une paire d'√©toiles (sur la carte, √©tant donn√© l'√©norme diff√©rence de leurs deux distances) : gr√Ęce √† C√©lestia, nous la voyons imposante, avec sa lumi√®re rouge√Ętre m√™me √† une distance de 10 UA, avec ses 3¬į de diam√®tre et une luminosit√© √©gale √† celle du Soleil, comme nous la voyons cependant √† un dixi√®me de la distance.

L'autre √©toile, Alula Borealis, est compl√®tement diff√©rente. √Ä partir de 10 UA, elle nous appara√ģt tout aussi brillante, mais avec une lumi√®re nettement plus agr√©able √† la vue, √©tant seulement un peu plus orange que notre Soleil. Nous n'aurions certainement pas pens√© que deux √©toiles √† peine visibles dans nos villes pleines de smog et de lumi√®re seraient deux petits monstres respectables.

Vous avez peut-√™tre remarqu√© que j'ai souvent parl√© des principales √©toiles de la Grande Ourse en disant qu'elles sont 7-8 : mais sont-elles sept ou huit ? Ce sont les sept plus brillants, auxquels on ajoute un autre √† peine moins brillant et tr√®s proche d'un autre : il s'agit du c√©l√®bre couple form√© par Mizar et Alcor (respectivement ő∂ et 80 UMa). Depuis les temps anciens, ils sont utilis√©s pour √©valuer l'acuit√© visuelle d'une personne : essayez de les observer n'importe quelle nuit et v√©rifiez d'abord si vous pouvez voir Alcor et si oui, d√©fiez vos amis sans dire que Mizar est double ou quelque chose de similaire. Habituellement, je dis : "regardez l'√©toile centrale de la queue de l'ours : remarquez-vous quelque chose d'√©trange ? De toute fa√ßon (et c'est le cas de le dire, enfin !) ces deux √©toiles sont proches aussi dans la r√©alit√© tridimensionnelle du cosmos, √©tant l'une √† 81 et l'autre √† 86 ann√©es-lumi√®re du Soleil, mais 4 ann√©es-lumi√®re entre elles. Ne vous inqui√©tez pas : l'apparente incoh√©rence entre les distances est due √† des approximations. Ce qui est valable, c'est l'id√©e que ces deux √©toiles sont dans l'espace espac√©es comme le Soleil et les trois √©toiles les plus proches, Proxima Centauri et la paire Alpha Centauri.


En fait, il existe une troisième composante : Mizar est une étoile physique double dont la composante secondaire (Mizar B) est encore plus grande (3,7 fois le Soleil) que la composante principale (Mizar A, 2 fois le Soleil). Cette fois, pour mieux voir le trio stellaire, nous nous sommes placés à 1 UA de la composante A et d'ici nous pouvons voir la plus grande composante B et Alcor plus loin. À cette distance, Mizar A est plus brillant que notre soleil, mais la composante B est encore plus brillante : une planète hypothétique tournant autour de la composante A pourrait voir deux soleils dans le ciel (comme dans le film Tatooine de Star Wars, mais c'est de la science-fiction) dont le moins brillant est celui autour duquel elle orbite. De là, l'étoile Alioth brille comme Vénus à partir de nous, Alcor est à -2,5, donc plus brillante que toutes nos étoiles et Benetnasch est aussi brillante que notre Sirius. J'ajoute que Mizar A et Mizar B et Alcor sont tous les trois des étoiles doubles : au total, ce système est donc six fois plus lumineux. Je pense que les astronomes de cette planète qui tourne autour de Mizar A ont beaucoup à étudier...

Analyse comparative


Nous avons déjà parlé des deux petits monstres aux noms curieux et exotiques, parmi les étoiles de la Grande Ourse : nous pouvons maintenant comparer les tailles des étoiles principales avec certaines des étoiles que nous avons rencontrées jusqu'à présent dans l'analyse des constellations. Dans le diagramme, j'ai commencé à éliminer d'autres étoiles pour faire place aux nouvelles, mais j'ai laissé les deux monstres Antarès et Bételgeuse et d'autres étoiles rencontrées jusqu'ici dans les épisodes précédents.

Des noms connus, curieux et mystérieux

Dans la Grande Ourse, plusieurs étoiles ont reçu un nom (et dans certains cas plus d'un), la plupart du temps de la part des Arabes : voyons les différentes significations, bien que dans certains cas elles soient assez mystérieuses. Dans tous les cas, nous pouvons choisir d'utiliser soit le nom propre, soit l'acronyme, qui est universellement reconnu.

  • Dubhe (őĪ UMa) : mot arabe signifiant ours
  • Merak (ő≤ UMa) : mot arabe signifiant le c√īt√© du plus grand ours
  • Phecda (ő≥ UMa) : de l'arabe, la cuisse du plus grand ours
  • Megrez (őī UMa) : de l'arabe, la racine de la queue du plus grand ours
  • Alioth (őĶ UMa) : bizarrement, cela signifie le cheval noir
  • Mizar (ő∂ UMa) : cela signifie √©trangement aine
  • Alcor (80 UMa) : de l'arabe, le n√©glig√©
  • Benetnasch (ő∑ UMa) : d'apr√®s l'ancien nom de la constellation chez les B√©douins
  • Alkafzah (Ōá UMa) : de l'arabe la deuxi√®me vert√®bre
  • Ta Tsun (Ōą UMa) : du nom chinois de la constellation
  • Tania Australis (őľ UMa) : de l'arabe le deuxi√®me saut, austral
  • Tania Borealis (őĽ UMa) : de l'arabe le deuxi√®me saut, bor√©al
  • Muscida (őŅ UMa) : du latin tardif, museau
  • Al Haud (őł UMa) : de l'arabe l'√©tang
  • Talitha Borealis (őĻ UMa) : de l'arabe le troisi√®me saut, bor√©al
  • Talitha Australis (őļ UMa) : de l'arabe le troisi√®me saut, austral
  • Alula Australis (őĺ UMa) : de l'arabe le premier saut, austral
  • Alula Borealis (őĹ UMa) : de l'arabe le premier saut, bor√©al

Toujours avec nous

J'ai d√©j√† dit que la Grande Ourse est une constellation circumpolaire : pour ceux qui en sont au d√©but et qui s'approchent de l'astronomie, il vaut mieux se familiariser avec la forme de la constellation, la chercher dans le ciel en regardant vers le nord, entre le NE et le NO, et vous la trouverez imm√©diatement, s√Ľrement retourn√©e que nous ne l'attendons. Moi aussi, il y a plus de 40 ans, j'ai commenc√© ainsi...




ForConstellationsLovers est un site web créé par des amoureux des constellations, nous avons pour but de partager toutes les informations sur le monde des étoiles et la mythologie. Vous y trouverez à la fois la signification des constellations et leur mythologie ou leur emplacement. En outre, vous pourrez jouer aux meilleurs jeux de constellations en ligne. Découvrez l'histoire des constellations et leur beauté!
Les constellations de Moscou et d'Octant ❯
Ajouter un commentaire de La constellation Grande Ourse (Ursa Major -Uma)
Commentaire envoyé avec succès! Nous l'examinerons dans les prochaines heures.