La constellation du Scorpion (Scorpius - Sco)


Introduction

Le Scorpion : une constellation vraiment belle √† observer les soirs d'√©t√©, sans effort, sans avoir √† craindre le torticolis, puisque nous l'avons devant nous, bas sur l'horizon, majestueux et en m√™me temps craintif. M√™me si nous ne savons pas o√Ļ le chercher, il suffit de regarder le ciel et, t√īt ou tard, nous le rencontrerons, avec son incomparable queue. Ce fait me fait toujours penser lorsque, √† la t√©l√©vision, on d√©cide de parler d'√©clipses, d'apparitions de com√®tes, de plan√®tes, etc., bref, de tout ce qui concerne le ciel : on r√©p√®te invariablement √† chaque fois l'expression habituelle "tout le monde le nez en l'air", m√™me si en r√©alit√© il faut regarder droit devant soi. Qui sait ce que c'est, pour certaines personnes, le ciel n'est que l√†-haut, pas devant nous ou simplement autour de nous.


En partant de cette image prise depuis Stellarium, ou en observant directement la constellation dans le ciel, en suivant les étoiles, de bas en haut, du dard aux griffes, nous arriverons à une étoile très brillante, Antarès, rouge, brillante, avec un nom qui l'a toujours associée à la planète Mars, dont elle partage la couleur et contre laquelle elle semble se battre lorsque la planète rouge se produit dans ces parties du ciel : et si cela se produit en opposition, alors vous pouvez suivre longtemps le plus brillant Mars près de l'étoile géante. Les deux prochains exemples auront lieu fin septembre 2014, avec une conjonction étroite, tandis que dans la période avril-mai-juin 2016, à l'occasion de l'opposition de Mars, la planète rouge s'approchera d'Antarès, mais reviendra sur ses pas (mouvement rétrograde) et retournera ensuite vers l'étoile, qu'elle dépassera ensuite pour aller plus loin. Ecrivez-le quelque part !


Ceux qui connaissent bien l'astronomie ou ceux qui ont la chance de parcourir le monde, savent qu'en dessous de l'√©quateur le ciel subit une sorte de m√©tamorphose, avec l'apparition de constellations jamais vues auparavant ou avec celles que nous connaissons bien qui semblent, pour ainsi dire, tordues. Si avec de l'imagination, ou avec un beau vol en avion, ou m√™me avec le Stellarium, nous allons au Cap, en Afrique du Sud, savez-vous comment nous pouvons voir le Scorpion, quand il est sur le point de se coucher ? Ici, il est presque m√©connaissable sur la photo ci-dessus : et le 15 ao√Ľt, imaginez, vous l'auriez m√™me au z√©nith !

Comme toutes les constellations, le Scorpion aussi appara√ģt plat, dessin√© dans la vo√Ľte c√©leste, avec ses √©toiles, des plus brillantes aux plus faibles, qui semblent √™tre attach√©es √† un fond noir, toutes √† la m√™me distance. Non ! Maintenant, nous pouvons voir de nos propres yeux que la v√©rit√© est tout autre. Sur notre PC.

Gr√Ęce √† notre programme, nous pouvons en effet nous faire une id√©e de la quantit√© d'√©toiles qui composent une constellation et qui ne sont l√†, dans le ciel, qu'en vertu d'un jeu de perspective, ne formant que dans certains cas un v√©ritable groupe physique. Je ne me lasserai jamais de le souligner : les √©toiles de toute constellation sont tr√®s √©loign√©es de nous mais aussi les unes des autres ! Le fait de voir deux √©toiles proches l'une de l'autre est une pieuse illusion d'optique : prenez par exemple őĻ1 et őļ Sco, en bas √† gauche, dans le virage en √©pingle √† cheveux menant √† Shaula, la redoutable piq√Ľre. Vous voyez ? Le premier est √† une distance incroyable de nous (1929 ann√©es-lumi√®re) et l'autre √† 483... inimaginable et absolument trompeur pour l'Ňďil humain : ils ont presque la m√™me magnitude et semblent tr√®s proches, mais ils ne le sont pas ! Antar√®s ne plaisante pas non plus avec ses 554 ann√©es-lumi√®re : parmi les √©toiles que j'ai utilis√©es dans cette repr√©sentation, la plus proche (ou mieux la moins √©loign√©e) est őĺ Sco, en haut √† droite, √† 59 ann√©es-lumi√®re de nous. C'est pr√©cis√©ment √† cause de sa proximit√© que nous verrons du ciel cette petite √©toile o√Ļ se trouvent le Soleil et d'autres √©toiles connues : j'ai dit "petite √©toile" car elle est juste un peu plus grande que notre naine jaune, compagne de nos jours. Antares non ! Au lieu de cela, nous d√©couvrirons qu'il s'agit en r√©alit√© d'un monstre cosmique, encore plus grand que B√©telgeuse.


Le nom, l'histoire, le mythe


L'√©toile la plus brillante de cette ancienne constellation, Antar√®s (alpha Scorpion), indiquait la position du Soleil √† l'√©quinoxe d'automne, √† l'aube de la civilisation m√©sopotamienne, il y a environ 5000 ans. Dans les tablettes datant d'au moins 3500 ans, il appara√ģt avec le nom de GIR.TAB

En √Čgypte, les √©toiles du Scorpion ont √©t√© pendant un temps consid√©r√©es comme un serpent. La constellation √©tait autrefois beaucoup plus grande : dans la p√©riode classique grecque et romaine des premiers si√®cles avant J√©sus-Christ. (Ovide le rapporte dans ses √©crits), ses griffes comprenaient les √©toiles qui forment aujourd'hui la Balance, les Grecs appelaient Chelai cette r√©gion du ciel. Depuis la fin du Moyen √āge, les griffes du scorpion ont √©t√© r√©duites et l'animal entier est enferm√© dans la constellation du Scorpion. Les restes de cette confusion sont toujours pr√©sents dans les noms des √©toiles de la Balance : par exemple sigma Lib est parfois encore appel√© gamma Scorpii.

Le Scorpion a toujours √©t√© li√© √† sa mauvaise r√©putation. Dans le mythe grec, Ga√Įa ordonne √† la grande b√™te qui s'est √©chapp√©e de la terre de piquer Orion et de le tuer. Le chasseur sera ressuscit√© par Esculape. Dans le mouvement de la vo√Ľte c√©leste, lorsque le Scorpion se l√®ve √† l'Est, Orion se couche √† l'Ouest ; Orion se l√®ve √† nouveau, rena√ģt, mais d√®s qu'il appara√ģt √† l'Est, le Scorpion se couche, √©cras√© par Ophiuchus.


Dans la tradition maori, le Scorpion est l'hame√ßon du h√©ros ancestral de Maui. En p√™chant dans l'oc√©an, Maui s'est retrouv√© un jour √† tirer un morceau de terre sur l'hame√ßon. Les limites de cette terre se sont progressivement effiloch√©es jusqu'√† ce qu'elle se divise en deux et que la Nouvelle-Z√©lande naisse. Mais l'hame√ßon s'est d√©tach√© de l'√ģle avec une telle force qu'il s'est envol√© dans le ciel, o√Ļ il demeure √† ce jour.

Dans l'Antiquité, le Scorpion était représenté comme suit

Le Scorpion présente un autre aspect, mais absolument similaire, car il est évident : comme toujours, l'Hélios a représenté le corps de manière spéculaire par rapport à son apparence dans la sphère céleste : pour le voir correctement, il faut tourner la photo.

Il s'agit plut√īt du timbre comm√©moratif de 20 lires √©mis par la R√©publique de S.Marino en 1970. L'image est belle, m√™me si elle est tr√®s essentielle et aussi tr√®s belle l'initiative de Saint-Marin : des timbres sur le th√®me de l'astronomie sont apparus dans plusieurs et plusieurs √©tats. Lorsque l'occasion se pr√©sentera, nous ajouterons l'image relative comme une curiosit√©.

Nous volons parmi les étoiles du Scorpion

Nous embarquons √† bord du vaisseau spatial Celestia pour aller voir de pr√®s les √©toiles de cette belle constellation : la premi√®re escale est √©videmment Antar√®s. Lorsque notre navigateur spatial nous emm√®ne √† 100 unit√©s astronomiques de l'√©toile, celle-ci nous appara√ģt d√©j√† aussi √©blouissante que le Soleil (m√™me luminosit√©, -26), mais nous avons la bouche grande ouverte. De 100 UA, soit dix fois la distance de Saturne au Soleil, Antar√®s nous appara√ģt comme un disque de pr√®s de 4¬į de diam√®tre ! Nous sommes √©videmment en pr√©sence d'un monstre, d'une √©toile √©norme, et en fait nous savons d√©j√† que puisque nous sommes √† 100 UA de la surface de l'√©toile, le rayon d'Antar√®s est de 3,38 UA, soit 730 fois le rayon du Soleil. Bien plus grand que B√©telgeuse...


Nous pouvons imaginer que depuis Antar√®s notre petit Soleil est une √©toile insignifiante et qu'en fait il n'est pas moins de 11 dans une zone du ciel o√Ļ la seule √©toile connue est B√©telgeuse : vraiment une d√©ception, √† laquelle nous nous habituons lentement. Et d'une √©toile monstrueuse comme Antar√®s, la plus brillante est ŌÄ Sco, qui brille plus que Sirius dans notre ciel : sur cette photo, nous la voyons alors que nous sommes en orbite serr√©e autour d'Antar√®s, qui appara√ģt absolument mena√ßante sur la gauche. Heureusement, notre vaisseau spatial dispose d'un bon syst√®me de climatisation !
Mais √† quel point ? Au lieu de faire trop de calculs, j'ai fait un dessin o√Ļ j'ai ramen√© les orbites des plan√®tes du syst√®me solaire √† l'√©chelle de Saturne et des deux monstres du ciel, B√©telgeuse et Antar√®s. Et si B√©telgeuse avait d√©j√† ressembl√© √† une g√©ante atteignant la moiti√© de l'orbite de Jupiter, Antar√®s est maintenant encore plus proche de la g√©ante gazeuse : mais il y a des √©toiles encore plus grandes, que nous conna√ģtrons √† la fois lorsque nous voyagerons entre les constellations et lors de voyages virtuels. Dans toute cette d√©monstration de grandeur, le Soleil dans le diagramme est bien moins qu'un point.

Malgr√© toutes les astuces, il fait d√©finitivement trop chaud par ici, m√™me apr√®s avoir allum√© tous les ventilateurs de bord : il vaut mieux se diriger vers la queue du Scorpion, en allant vers les parties de Shaula (őĽ Sco), une √©toile humainement plus grande que le Soleil (seulement 13 fois) qui nous accueille avec sa lumi√®re bleue intense. A une distance d'une unit√© astronomique, il nous appara√ģt avec un disque de pr√®s de 6 degr√©s et demi de diam√®tre. Le Soleil, vu de Shaula, est aussi faible qu'avant et je vous √©pargnerai la sombre photo d'une zone du ciel o√Ļ, une fois de plus, la seule √©toile connue est B√©telgeuse.

En bonne compagnie


Nous avions vu auparavant que certaines √©toiles prises en consid√©ration pour repr√©senter la constellation du Scorpion, la plus proche est őĺ Sco : √©tant clairement plus proche du Soleil, ce dernier appara√ģtra aux yeux des Csiscorpiens comme une quatri√®me √©toile cette fois dans une zone du ciel en bonne compagnie d'√©toiles bien connues telles qu'Aldebaran, les Hyades, les Pl√©iades (que nous savons faire partie du Taureau) et Bellatrix (Orion) et que nous conna√ģtrons plus tard Sirius (dans le Chien Majeur) et Capella (dans le Chariot). Dans l'ensemble, c'est un superbe condominium avec des voisins dignes et sympathiques.

Les illusions de grandeur


Vous vous souvenez du diagramme de comparaison de la taille des √©toiles ? Tant qu'ils tiennent, j'ajoute √† chaque fois les √©toiles dont je parle dans les articles : cette fois, il est impossible de ne pas remarquer Antar√®s, que j'ai dessin√© concentriquement par rapport √† B√©telgeuse. Ci-dessous, j'ai ajout√© l'√©toile őĻ Sco uniquement pour le fait remarquable qu'elle a un rayon √©gal √† 20 fois celui du Soleil et qu'elle est donc la deuxi√®me de la constellation par ordre de grandeur : une fois de plus, en regardant simplement les √©toiles sur une carte ou directement dans le ciel, on ne peut m√™me pas imaginer la taille des √©toiles ni leur distance. Enfin, j'ai ajout√© une paire d'√©toiles (ő≤1 et ő≤2 Sco) pour une raison astronomique li√©e aux souvenirs de jeunesse, que je vais maintenant expliquer.

Mes premières observations astronomiques


Nous sommes en 1971 et √† la mi-mai, un √©v√©nement particuli√®rement rare en astronomie aurait eu lieu : la plan√®te gazeuse Jupiter aurait cach√© une √©toile de 2,6 (Acrab, ő≤1 Sco), donc tr√®s brillante et facilement visible √† l'Ňďil nu. La particularit√© suppl√©mentaire de l'√©v√©nement, qui le rend encore plus rare et important, est que l'√©toile en question est une double optique : le compagnon (ő≤2 Sco) √©galement tr√®s lumineux ( 4,8) n'est pas distinguable √† l'Ňďil nu, mais une paire de jumelles suffit pour le voir. J'avais alors √† ma disposition de belles jumelles russes et j'ai donc pu observer la partie finale (l'√©mergence de l'√©toile) de ce merveilleux √©v√©nement, que nous seuls, les passionn√©s d'astronomie, connaissions et que les m√©dias avaient compl√®tement ignor√©. Depuis lors et pendant une bonne p√©riode jusqu'en 2050, il y a eu et il n'y aura pas d'occultations d'√©toiles aussi brillantes par Jupiter.

Les noms des étoiles

Dans cet épisode, nous avons rencontré et vu dans le dessin plusieurs étoiles qui ont un nom propre : voyons leur signification.

  • Antares (őĪ Sco) : signifie semblable √† Ar√®s ou contre Ar√®s (Mars).
  • Acrab (ő≤ Sco) : mot arabe signifiant scorpion
  • Dschubba (ő≥ Sco) : de l'arabe le front du Scorpion
  • Girtab (őł Sco) : du sum√©rien le scorpion
  • Shaula (őĽ Sco) : de la piq√Ľre arabe du scorpion
  • Al Niyat (ŌÉ Sco) : de l'arabe les art√®res
  • Lesath (ŌÖ Sco) : de l'arabe le point brumeux (en r√©f√©rence √† la n√©buleuse M7 toute proche)
  • Jabbah (őĹ Sco) : de l'arabe le front (du scorpion)
  • Wei (őĶ Sco) : des Chinois, la queue (du scorpion)

Quand pouvons-nous le regarder ?

La constellation du Scorpion est g√©n√©ralement visible en √©t√© : √† 21 heures, une heure convenable pour ceux qui ne veulent pas se lever ou qui veulent la montrer √† des amis habituellement int√©ress√©s par autre chose, est visible dans les mois de mai (o√Ļ elle sera vue bas sur l'horizon au SE) jusqu'en septembre (o√Ļ cette fois elle sera sur le point de s'installer au SW). Le point culminant, avec le Scorpion toujours bas √† l'horizon sud, est en ao√Ľt de chaque ann√©e.

Avec ceci, nous saluons la belle constellation du Scorpion et je vous donne le rendez-vous pour le prochain épisode. Restez à l'écoute !



ForConstellationsLovers est un site web créé par des amoureux des constellations, nous avons pour but de partager toutes les informations sur le monde des étoiles et la mythologie. Vous y trouverez à la fois la signification des constellations et leur mythologie ou leur emplacement. En outre, vous pourrez jouer aux meilleurs jeux de constellations en ligne. Découvrez l'histoire des constellations et leur beauté!
La constellation de la Croix du Sud (Crux - Cru) ❯
Ajouter un commentaire de La constellation du Scorpion (Scorpius - Sco)
Commentaire envoyé avec succès! Nous l'examinerons dans les prochaines heures.