La Constellation du Dragon (Draco - Dra)

La constellation du Dragon


Comme dans le cas de l'Eridanus et du Serpent, l'inventeur de la constellation du Dragon n'a pas eu besoin de faire appel à son imagination pour imaginer un Dragon parmi les étoiles proches de l'étoile polaire : il lui suffisait de "joindre d'un trait de plume" des points plus lumineux et là, le Dragon est aussi beau que prêt. Il suffit de penser que même H.A.Rey, expert en la matière, n'avait pas pu faire plus : un dragon sinueux enveloppé entre les étoiles du ciel.


Le nom, l'histoire et le mythe du Dragon


La constellation du dragon, ou Dragon, est une constellation nordique, qui part de pr√®s du p√īle Nord et se faufile entre les deux ours.

La constellation a √©t√© de temps en temps consid√©r√©e comme un serpent, un hippopotame et, dans l'Inde ancienne, un crocodile ou un alligator. La forme du dragon est au contraire originaire de M√©sopotamie, o√Ļ il appara√ģt comme un dragon ail√© plus grand que l'actuel, enroul√© en spirale vers la t√™te de la Grande Ourse ; au VIe si√®cle avant J.-C., le philosophe, astronome, math√©maticien grec Thal√®s a enlev√© les ailes du dragon pour former la Grande Ourse et depuis lors, celle-ci ne vole plus.

Selon un premier mythe, le Dragon repr√©sente le dragon qui a d√©vor√© les hommes du fondateur de Th√®bes, Cadmus, envoy√© au puits d'Ar√®s (Mars) pour chercher de l'eau. Cadmus tuerait alors le dragon et s√®merait ses dents, d'o√Ļ na√ģtraient des hommes arm√©s, les Sparti ou "sem√©s", g√©niteurs des Th√©bains.


Un autre mythe raconte que, lors du mariage de Jupiter avec Junon, la Terre a donné des arbres fruitiers qui, chaque printemps, donnaient naissance à des pommes dorées. Le jardin était gardé par quatre nymphes, les Hespérides, qui gardaient les arbres précieux avec un dragon, Ladon, à cent têtes, capable de parler et d'imiter toute sorte de voix humaine ou animale.

Lorsqu'une personne malveillante s'est approch√©e du jardin, le dragon s'est mis √† crier dans une centaine de nuances diff√©rentes, le faisant fuir. Eurysth√©e, en attribuant les douze fatigues √† Hercule, n'a compris que le vol d'une des pommes, et Hercule a r√©ussi √† passer cette √©preuve gr√Ęce √† l'aide d'Atlas, en tirant une fl√®che qui a frapp√© Ladon √† mort.

Le dragon fut donc tué, mais pour se souvenir de lui, elle fut profondément troublée et le plaça dans le ciel comme une constellation.

On raconte encore une fois comment le dragon a combattu avec les Titans dans la guerre contre les dieux de l'Olympe. Puis dix ans de guerre se sont √©coul√©s, lorsque le dragon s'est engag√© dans une bataille contre la d√©esse Ath√©na (Minerve), qui l'a saisi par la longue queue et l'a jet√© dans le ciel. En tombant d'en haut, le corps du dragon s'est nou√© et s'est emp√™tr√© autour du p√īle Nord c√©leste. L'air l√†-haut √©tait si froid que la b√™te a gel√© dans cette position tordue autour du p√īle Nord.

Selon une interprétation chinoise, lors des éclipses du Soleil ou de la Lune, la lumière est avalée par le dragon céleste.


Dans l'Antiquité, l'étoile polaire était Thuban, l'étoile alpha draconis, et elle redeviendra vers l'an 26000 en conséquence de la précession des équinoxes.

La figure du Dragon contenait le p√īle Nord, mais aussi le p√īle de l'√©cliptique. D√©j√† en M√©sopotamie, le dragon √©tait repr√©sent√© comme un symbole central : les termes "t√™te du dragon" et "queue du dragon" indiquent les nŇďuds ascendants et descendants du mouvement apparent du Soleil.

La Lune croise également le mouvement apparent du Soleil en deux points, et l'intervalle entre ces deux points est appelé "mois draconique".

Une éclipse de Soleil ou de Lune ne peut se produire que lorsque la Lune et le Soleil sont proches de la Tête ou de la Queue du Dragon.

Représentation dans le temps

Voyons tout de suite comment les anciens représentaient le Dragon : Hevelius le dépeint comme une sorte de gros serpent plusieurs fois enroulé en spirale et à longue queue

le Dragon selon Hevelius

La représentation de l'Uranometria est pratiquement identique

le Dragon selon l'Uranométrie

Au lieu de cela, Stellarium donne un sens différent à l'apparence et surtout à l'animal, qui est maintenant plus semblable (bien que stylisé) aux dragons médiévaux cracheurs de flammes, avec deux paires de pattes.


le dragon selon Stellarium

Les étoiles proches


En particulier, nous avons une douzaine d'√©toiles en dessous du seuil de 60 ann√©es-lumi√®re, distance √† partir de laquelle le Soleil appara√ģtrait (mais en r√©alit√© "appara√ģt") en sixi√®me position et donc invisible √† l'Ňďil nu. Comme je l'ai d√©j√† fait d'autres fois, j'ai regroup√© ces √©toiles dans un tableau dans lequel j'ai indiqu√© pour chacune la distance en ann√©es-lumi√®re, le nom (un clic sur celui-ci ouvre une image qui repr√©sente le champ d'√©toiles autour de notre Soleil, si on le voit pr√®s de l'√©toile consid√©r√©e) et la classe spectrale de l'√©toile elle-m√™me.

[tableau "12" non trouvé /]

Les √©toiles les plus proches, parce qu'il s'agit d'une √©toile double, sont Gliese 725A et B, toutes deux de classe M3 et situ√©es √† 11,5 ann√©es-lumi√®re de nous : √† proximit√© de ces deux √©toiles, le Soleil brille √† 2,5 dans un champ d'√©toiles de notre ciel austral, avec des √©toiles du calibre de Canopus, Sirius, Alpha Centauri et d'autres de la constellation du navire d'Argos (Vele et Poppa du navire). La pr√©sence de toutes ces √©toiles de notre h√©misph√®re sud devrait appara√ģtre tr√®s clairement : la constellation du Dragon est situ√©e dans les parties du p√īle c√©leste nord et en observant le ciel depuis cette zone, le Soleil est projet√© dans la partie oppos√©e, pr√®s du p√īle c√©leste sud : tout cela parce que, rappelons-le toujours, les √©toiles ont des coordonn√©es tridimensionnelles dans un espace tridimensionnel et celles qui sont plus proches de nous permettent l'apparition de jeux de perspective compl√®tement nouveaux et auxquels nous ne sommes pas habitu√©s.

En parlant de nouvelles, si vous regardez la photo de Gliese 687 (situ√©e √† un peu moins de 15 ann√©es-lumi√®re de nous), vous d√©couvrirez qu'√† partir de cette √©toile, notre Soleil (de 3) se trouve √† l'int√©rieur de ce qu'on appelle le LMC (Large Magellanic Cloud), un amas d'√©toiles tr√®s proche de la Voie lact√©e, visible m√™me √† l'Ňďil nu comme un joli boulet de coton, mais pas √† partir de nos latitudes : le Soleil est en plein milieu, donnant l'impression √† nos amis qu'il en fait partie.
De ŌÉ Dra et de Ōá Dra au lieu de cela, le Soleil, presque quatri√®me, ne fait apparemment plus partie du LMC, dont il est bien d√©tach√© : de GJ 1221 au lieu de cela, le Soleil appara√ģt juste au bord de l'amas d'√©toiles, alors que (en sautant vers l'√©toile HIP 85235) maintenant d√©pass√© le cinqui√®me semble si faible qu'il est confondu cette fois avec les √©toiles du LMC !

Pr√©cis√©ment parce que nous sommes en pr√©sence d'√©toiles √† consid√©rer non pas √©cras√©es sur la sph√®re c√©leste, mais toujours en trois dimensions et plac√©es dans l'espace chacune √† une certaine distance, il arrive maintenant que de l'√©toile 26 Dra (plac√©e √† 46 pour nous) notre Soleil, devenu pratiquement invisible √† l'Ňďil nu, se trouve dans un champ d'√©toiles o√Ļ a maintenant fait son apparition pas moins qu'Altair, en plus de l'√©toile d√©j√† mentionn√©e Ōá Dra. Si vous pouvez le "voir", c'est un jeu de perspectives √©tonnant !

√Čtoiles polaires

Non, le titre n'est pas faux ! Ce n'est que le pluriel ! Nous connaissons tous l'√©toile polaire, pour le meilleur ou pour le pire, √† l'int√©rieur de la Petite Ourse, que les anciens appelaient Alruccabah : nous l'appelons "polaire" parce que dans les derniers mill√©naires, c'est pr√©cis√©ment elle qui se trouve pr√®s du p√īle Nord c√©leste. Nous savons qu'√† la suite de la pr√©cession des √©quinoxes (vous trouverez mon article sur ce lien), la PNC se d√©place lentement dans le ciel en d√©crivant un cercle en environ 26 000 ans, se rapprochant de temps en temps d'√©toiles brillantes.
Le titre du paragraphe parle donc d'√©toiles polaires, puisque l'√©toile őĪ Dra (Thuban) peut devenir pour un certain temps l'√©toile "polaire" : elle √©tait aux environs de 2700 avant JC (lors de la construction des Pyramides √©gyptiennes) et elle le sera √† nouveau en l'an 21000 (environ !!) .

J'ai souligné plusieurs fois le mot "environ" car les valeurs indiquées sont absolument approximatives, surtout la période de précession des équinoxes (comme je l'explique en détail dans l'article) : je tiens à le souligner car il n'est pas rare que sorte l'habituelle étude "scientifique" du scientifique habituel aux cheveux longs, qui lie la période précitée à des événements improbables (généralement catastrophiques, comme c'est étrange !). Comme toujours, en ajoutant à une valeur initiale "de convenance" une autre valeur "de convenance" (proche de 26000) pour la précession, on obtient par magie la date exacte d'un événement, qui ne change pas par la suite...

Objets du Deep Sky

Parmi les nombreux objets du Deep Sky présents dans la constellation du dragon, j'en ai choisi quatre absolument fantastiques (je me souviens qu'en cliquant sur la photo, on en trouve une encore plus détaillée). Partons de la nébuleuse planétaire NGC 6543 : nous la voyons ici splendide sur une photo pour être applaudie par l'infatigable HST.

Une merveille du ciel : NGC 6543 avec une autre merveille au milieu.

L'objet mystérieux que vous pouvez voir au centre est la nébuleuse appelée "Cat's Eye Nebula" : ici nous pouvons la voir plus en détail (et nous pouvons aussi cliquer sur l'image !).

la belle n√©buleuse de l'Ňíil de Chat

La photo suivante concerne plut√īt une galaxie lenticulaire, compl√®tement d√©coup√©e, connue sous le nom de NGC 5866, mais √©galement catalogu√©e par Messier sous le nom de M102.

la galaxie NGC 5866 vue de coupe

Au milieu de ces gigantesques merveilles, voici plut√īt la "Galaxie naine de Draco" (galaxie naine du Dragon), un amas d'√©toiles tr√®s int√©ressant

une petite galaxie : NGC 6822

Pour en revenir aux très grands objets, voici à nouveau une galaxie spirale barrée, appelée NGC 4319, accompagnée du plus petit objet en haut à droite, Markarian 205, une galaxie très compacte, active, avec de fortes émissions ultraviolettes, bref un quasar de faible luminosité

la galaxie NGC 4319

Les grandes stars

comparaison entre les étoiles du Dragon et d'autres étoiles connues

Venons-en maintenant aux √©toiles Dragon de dimensions importantes : dans le diagramme de comparaison, nous voyons une dizaine d'√©toiles qui ne sont pas vraiment monstrueuses, comme celles mises en arri√®re-plan, mais qui ont des dimensions de tout. Partons de 4 Dra, une g√©ante rouge d'un diam√®tre "seulement" 104 fois celui du Soleil : rien √† voir avec la B√©telgeuse "sous-jacente", Antares, ŌĀ Cas, P Cyg et VY CMa de v√©ritables monstres du ciel, mais toujours trois fois plus grands que l'Aldebaran blasonn√©.

4 Dra à la distance de 10 UA

Sur cette photo, prise avec C√©lestia, on voit une √©toile rouge√Ętre intense de plus de 5¬į de diam√®tre √† la belle distance de 10 UA (l'√©toile de Saturne depuis le Soleil) : mes amis de Quattrodrai disent que c'est vraiment ennuyeux √† regarder de pr√®s. Rien √† objecter !

comparaison entre ő≤ Dra et le Sun of 10 UA

En descendant en taille, on trouve 7 Dra, de la m√™me classe que le pauvre Aldebaran, qui bat avec un diam√®tre presque exactement double. Par la suite on trouve le g√©ant d Dra, de classe F7 et en descendant encore plus on tombe sur le ő≤ Dra (Rastaban) une √©toile de la m√™me classe spectrale du Soleil (G2), mais 40 fois plus grande : mes amis Rastabanani (aux cheveux longs, un peu fum√©s et avides de chiquitas) m'ont invit√© √† photographier leur g√©ant jaune √† une distance de 10 UA. Il est tr√®s lumineux, de la m√™me couleur que le Soleil mais avec un diam√®tre d'un peu plus de 2¬į : sur la photo, j'ai ajout√© √† gauche le Soleil vu de la m√™me distance, celui de Saturne.

Les noms des étoiles

Dans cette constellation, pratiquement toutes les étoiles principales ont reçu un nom, que nous allons analyser ensemble.

  • Thuban (őĪ Dra) : queue du dragon
  • Rastaban (ő≤ Dra) : t√™te du dragon
  • Eltanin (ő≥ Dra) : T√™te de dragon
  • Altais (őī Dra) : la ch√®vre
  • Tyl (őĶ Dra) : signification inconnue
  • Dhibah (ő∂ DRA) : la hy√®ne
  • Dhibain (ő∑2 Dra) : la hy√®ne
  • Edasich (őĻ Dra) : la hy√®ne masculine
  • Giausar (őĽ Dra) : le lieu du poison
  • Alrakis (őľA Dra) : chameau au trot
  • Alwaid (őĹ Dra) : la m√®re des chameaux
  • Grumium (őĺ Dra) : m√Ęchoire inf√©rieure du dragon
  • Tais I et II (ŌÄ et ŌĀ Dra) : la ch√®vre
  • Alsafi (ŌÉ Dra) : tr√©pied d'une cuisine ouverte
  • Athafi I et II (ŌÖ et ŌĄ Dra) : tr√©pieds d'une cuisine ouverte
  • Aldhiba (ŌÜ Dra) : autre hy√®ne
  • Alahakan (Ōá Dra) : deux taureaux noirs
  • Dziban I et II (ŌąA et ŌąB Dra) : deux hy√®nes
  • Adfar Aldib I et II(f et ŌČ Dra) : les griffes de l'hy√®ne

Bref, on peut nommer toutes les √©toiles, mais il ne reste pas grand-chose du pauvre Dragon (deux t√™tes, une queue et une m√Ęchoire) : pour le reste, il y a un zoo d'autres animaux dont une demi-douzaine de hy√®nes, des ch√®vres, des chameaux, des taureaux... Et il y a aussi de la place pour une excursion hors de la ville...

Toujours visible...

Comme on l'a dit, c'est une constellation circumpolaire, visible toutes les nuits à toute heure : il ne reste plus qu'à l'observer !



ForConstellationsLovers est un site web créé par des amoureux des constellations, nous avons pour but de partager toutes les informations sur le monde des étoiles et la mythologie. Vous y trouverez à la fois la signification des constellations et leur mythologie ou leur emplacement. En outre, vous pourrez jouer aux meilleurs jeux de constellations en ligne. Découvrez l'histoire des constellations et leur beauté!
La constellation de la Lyre (Lyra - Lyr) ❯
Ajouter un commentaire de La Constellation du Dragon (Draco - Dra)
Commentaire envoyé avec succès! Nous l'examinerons dans les prochaines heures.