La constellation de la Girafe (Camelopardalis - Cam)



Quelqu'un le conna√ģt peut-√™tre mieux avec le nom latin, Camelopardalis, qui, en tant que nom, √©voque plus un croisement improbable entre un chameau et un l√©opard qu'une girafe bien connue. Du point de vue stellaire, le diagramme ci-contre montre qu'elle est situ√©e entre la Petite Ourse et la Grande Ourse ainsi qu'entre Cassiop√©e et Auriga : il est impossible de ne pas remarquer dans ce fl√©au c√©leste un vaste espace avec tr√®s peu d'√©toiles brillantes. L'√©toile őĪ Cam a une magnitude de 4,25, ő≤ Cam est encore un peu plus brillante ( 4 ) alors que toutes les autres √©toiles sont plus faibles : on peut d√©j√† pr√©voir qu'aucune des √©toiles composantes n'a jamais eu de nom et qu'en raison de la faible luminosit√© des √©toiles, on peut voir une girafe se joindre aux points lumineux.


Le nom et l'histoire

La constellation très récente, introduite en 1598 par Petrus Plancius, un cartographe et religieux hollandais qui a vécu entre le XVIe et le XVIIe siècle, doit son nom à un épisode biblique : pour le mariage entre Isaac et Rebecca, la mariée est arrivée à Canaan en chevauchant une girafe.


D'autres historiens affirment que c'est un chameau qui a amené Rebecca, le fait est qu'en regardant la forme des étoiles faibles, on voit tout sauf une girafe ou un chameau.

Selon certains, l'introduction de la Girafe est l'Ňďuvre de l'astronome Jacob Bartsch, qui l'a reproduite pour la premi√®re fois sur un planisph√®re en 1624.

Avant d'analyser ces caractéristiques, voyons la représentation de la Girafe selon Hevelius

la Girafe selon Hevelius

et selon Stellarium

la Girafe selon Stellarium

Comme vous pouvez le constater, le seul problème est d'associer la figure de la girafe aux étoiles ci-dessous, mais comme il n'y a rien à ajouter, passons à ses étoiles.

Quelques étoiles à proximité

L'étoile la plus proche s'appelle Gliese 445 : c'est une étoile de classe M3, juste 10a et placée à une petite distance de 17 al. Rappelons que ces distances sont très petites par rapport aux distances d'autres étoiles plus célèbres, sans parler des galaxies : cependant, ce sont des distances absolument inconcevables pour l'esprit humain, qui a tendance à être induit en erreur par des valeurs aussi faibles.


Je le dis très souvent : avec toute la bonne volonté et le plus grand optimisme, la possibilité de voyager dans les étoiles proches reste une question de pure science-fiction. Les films que nous voyons au cinéma sur les voyages interstellaires nous ont toujours trompés : même l'étoile la plus proche (Proxima Centauri, à environ 4 miles de distance) est à une distance incommensurable, inimaginable, si on la compare aux distances que nous rencontrons tous les jours : il n'est pas rare que je sois pris pour un pessimiste ou hors de la réalité, par ceux qui disent qu'il y a 100 ans nous ne rêvions même pas du niveau technologique atteint aujourd'hui. Mais c'est bien tant que nous parlons de la sphère de notre vie et des objets avec lesquels nous interagissons chaque jour : la différence entre un voyage sur la Lune en dehors de la ville et le voyage épique vers une étoile proche est absolument irréalisable, avec un facteur multiplicatif si absurde qu'il en perd son véritable sens.

Il nous reste √† profiter des moyens disponibles, comme le fameux programme Celestia, qui nous permet d'effectuer ce vol en temps humain par un simple clic : comme vous le savez, j'ajoute toujours quelques notes de voyage, comme je le ferais si j'avais fait le voyage en personne. M√™me cette fois, je ne manque pas l'occasion de montrer le peu d'imagination dont je dispose pour faire appara√ģtre des situations r√©elles impossibles : je fais r√©f√©rence √† mes amis girafes qui m'ont envoy√© une photo du Soleil vu de leurs parties, un Soleil qui est presque 4a dans une r√©gion du ciel d√©cid√©ment austral (si vous pensez √† la g√©om√©trie, vous en serez convaincu) avec des √©toiles de l'Octant, de l'Hydre m√Ęle, du Paon et du Toucan, sur lesquelles domine le bien connu Alpha Centauri. Cette boule de coton que vous voyez ci-dessus est le LMC (Large Magellanic Cloud) bien connu des observateurs australiens.


La deuxi√®me √©toile pour la distance est appel√©e Gliese 169 et est en fait une √©toile double (169.1 A et B) des classes d'√©toiles M4 et C5 respectivement et plac√©e √† une distance de 18 al. On pourrait penser que ces deux √©toiles sont tr√®s proches aussi de Gliese 445 qui vient d'√™tre vue : en r√©alit√© C√©lestia nous informe qu'en √©tant sur cette derni√®re √©toile et en regardant autour pour d√©couvrir les √©toiles proches, il y en a dix autres (entre 7 et 10 al) avant de trouver cette paire d'√©toiles qui n'est cependant que de 11 al : nous ne devons jamais oublier que toutes les √©toiles doivent √™tre vues dans le cosmos de mani√®re tridimensionnelle et que l'astronomie n'est pas une science facile. Facile et intuitif est le fait que m√™me si nous nous positionnons pr√®s de cette double √©toile, notre Soleil appara√ģt dans une zone peupl√©e exclusivement d'√©toiles australiennes, Wolf, Compass, Altar, Scorpio et Peacock, toujours avec le c√©l√®bre Alpha Centauri pr√®s de notre naine jaune. Mes amis Vatussi me l'ont confirm√© avec cette photo qui montre √©galement une belle Voie lact√©e dans le champ d'√©toiles photographi√©. D'apr√®s leur nom, vous pouvez peut-√™tre deviner que les deux races d'habitants extraterrestres se ressemblent aussi sur le plan du go√Ľt : pensez que les Girafis et les Vatussi ne font que fabriquer des foulards, des √©charpes et encore des foulards, au point d'en avoir la naus√©e, et la raison en est donn√©e par une caract√©ristique physique qui les unit, que je vous laisse deviner.

La troisi√®me √©toile pour la proximit√© est HIP 32439, classe F8 et juste en dessous du 5√®me poste √† 58 heures : il n'y a pas d'amis √† moi l√†-bas, mais la rumeur veut que notre Soleil ait comme voisins c√©lestes les √©toiles de l'Autel, du Paon et de l'Hydre m√Ęle, avec un excellent voisin (Sirius) et un Alta√Įr inattendu, projet√© dans cette partie du ciel en raison de sa faible distance par rapport au Soleil.

Deux grandes stars

comparaison entre les étoiles de la Girafe et d'autres notes

D'apr√®s le diagramme de comparaison entre les √©toiles de la Girafe et d'autres rencontr√©es dans les √©pisodes pr√©c√©dents, nous pouvons voir qu'il y a deux √©toiles suffisamment grandes : la premi√®re est la g√©ante rouge 17 Cam de classe M1, avec un rayon de 96 fois celui du Soleil. Mes amis 17Camion doivent se plaindre de cette √©toile qui plane au-dessus de leur ciel m√™me si √† une distance de 17 UA : √† plus forte raison, √† une distance de 10 UA, l'√©toile appara√ģt massive et inqui√©tante.

L'autre √©toile que j'ai ins√©r√©e dans le diagramme est plut√īt ő≤ Cam, de classe G0 et donc une grande sŇďur de notre Soleil : avec son rayon de 42 fois notre naine jaune, elle d√©passe abondamment la tr√®s c√©l√®bre Aldebaran, mais ce n'est pas une nouveaut√©. Mes amis vid√©ocassettes (autrefois appel√©s Betacam d'apr√®s le nom de l'√©toile) ont malheureusement presque disparu √† pr√©sent, apr√®s avoir √©t√© envahis et √©cras√©s par les ennemis Di-vu qui ont atterri sur leur plan√®te √† bord de leurs vaisseaux de classe Streaming.

Objets du Deep Sky

Parmi les objets du Deep Sky présents dans l'alcl'interno de la constellation de la Girafe, j'en ai choisi 5, très caractéristiques, surtout dans les plans réalisés par le HST, très riches comme toujours de détails, qui sont mieux appréciés en cliquant sur chaque image et en obtenant ainsi la visualisation à une plus grande définition. Commençons par la nébuleuse planétaire NGC 1501

la nébuleuse NGC 1501

puis observez l'amas ouvert appelé NGC 1502, auquel appartiennent quelques étoiles.

le cluster ouvert NGC 1502

Passons maintenant aux galaxies. Nous avons la galaxie naine irrégulière NGC 1569, d'une belle couleur rouge vif

la galaxie NGC 1569

puis nous rencontrons la belle galaxie spirale NGC 2403

la galaxie NGC 2403

A la place, nous voyons maintenant la paire de galaxies (la plus grande irrégulière) appelée NGC 2366 et NGC 2363

la galaxie irrégulière NGC 2366

Et enfin nous voyons le merveilleux IC 342, autrefois considéré comme appartenant au groupe local, mais qui a ensuite été calculé pour faire partie du Groupe de Galaxies de Maffei 1 (du nom de l'astronome italien qui les avait découvertes) à son tour proche de notre Groupe Local.

la galaxie IC 342

Visibilité

La Girafe est une constellation boréale circumpolaire et ne se fixe donc jamais à nos latitudes : quelle meilleure occasion de la découvrir dès ce soir ?



ForConstellationsLovers est un site web créé par des amoureux des constellations, nous avons pour but de partager toutes les informations sur le monde des étoiles et la mythologie. Vous y trouverez à la fois la signification des constellations et leur mythologie ou leur emplacement. En outre, vous pourrez jouer aux meilleurs jeux de constellations en ligne. Découvrez l'histoire des constellations et leur beauté!
Les constellations du Cam√©l√©on et du Poisson volant (Chamaeleon-Cha) et (Volans-Vol) ❯
Ajouter un commentaire de La constellation de la Girafe (Camelopardalis - Cam)
Commentaire envoyé avec succès! Nous l'examinerons dans les prochaines heures.